Quels sont les enjeux?

La qualité de vie de l’humanité – voire sa survie – dépend des ressources biologiques fournies par notre planète. Sol fertile, eau claire et air pur sont nécessaires pour satisfaire nos besoins élémentaires en nourriture et santé du corps. Les écosystèmes naturels dynamiques tels que les océans et les forêts sont indispensables pour que notre planète reste vivable, notamment en absorbant les émissions de carbone. Ils aident également les humains à garder leur équilibre psychologique et spirituel.

Un changement s’est opéré au début des années 1970, lorsque l’humanité a commencé à utiliser davantage de ressources naturelles renouvelables que la planète ne peut renouveler. Ou, en d’autres termes, lorsque l’Empreinte Écologique de l’humanité a commencé à dépasser la biocapacité de la planète. C’est à ce moment-là que le monde a basculé dans le déficit écologique.

Nous ne cessons de creuser ce déficit depuis. Les données sur l’Empreinte Écologique et la biocapacité indiquent que l’humanité utilise actuellement autant de ressources naturelles renouvelables que si nous vivions sur 1,7 planète. Les émissions de carbone représentent à elles seules 60% de cette empreinte mondiale. Les signes que le capital biologique de notre planète est compromis sont partout. Les changements climatiques, la déforestation, l’érosion de la couche arable, l’insécurité alimentaire, la mauvaise gestion de l’eau et les guerres de l’eau, les migrations – pour n’en citer que quelques-uns – font des ravages dans les communautés humaines et affaiblissent les économies.

En revanche, placer le capital biologique au centre de toute prise de décision politique et économique fournit le seuil minimum requis pour donner à l’humanité une chance de prospérité durable.


L’Alliance One-Planet


Avantages pour les pays membres